Les koans sont des devinettes ou de courtes histoires illogiques, paradoxales. Ils étaient et sont utilisés par les maîtres Zen pour apporter aux pratiquants la sensation de liberté par rapport aux dogmes de l’éducation et de la civilisation.La spécificité des koans est de couper à notre néo-cortex, notre partie logique, toute possibilité de faire son travail. Face à un koan, il est complètement inutile. Ce choc, cette crampe de notre partie logique nous permet d’ouvrir nos autres moyens pour réfléchir, sentir et comprendre.Les koans activent ainsi spécialement le cerveau reptilien et le lien avec le système limbique. Nos parties les plus profondes peuvent alors travailler sans être perturbées par notre rationalité. C’est le mariage de notre nature illogique, intuitive et de notre nature animale.

Les excuses de Chu (Koan)

Les excuses de Chu Chu, surnommé Kokushi, précepteur de l’Empereur, appela son assistant : Oshin ! Oui ! Oshin ! … Oui ? Oshin ! … Oui ?!? Oshin, je devrais te présenter mes excuses pour t’avoir appelé plusieurs fois… mais je crois que c’est plutôt à toi de me présenter tes excuses !

L’arbre de Kyôgen (Koan)

 L’arbre de Kyôgen   Kyôgen a dit :   « Le zen est comme un homme qui, s’accrochant désespérément à un arbre par les dents au-dessus d’un précipice, ses mains ne s’agrippant plus à rien, ses pieds ne reposant plus sur rien, entendrait soudain quelqu’un lui demander “Eh, l’ami ! Pourquoi Boddhidharma est-il venu d’Inde en Chine ?”…